•  [Concours de Queen Paramount . Résultat : 4ème ]

    Retour aux racines

     

    Année 20XX : La guerre a éclaté . Semblable à une apocalypse . Jamais le monde n'a connu plus grand malheur . Tout les pays du globe se battent becs et ongles pour l'obtention d'une chose inconnu de la population du monde . Surement poussés par la soif de pouvoir qui réduit l'être humain à l'état d'animal . Jamais ne l'a connu , et jamais il ne survivra d'après certain philosophe .

    Après une guerre qui dura cinq longues années , la Terre n'est plus apte a accueillir les humains et les animaux se comptent sur les doigts d'une main. Souillé par le sang et les corps , miné par les obus , vibré par le retentissement des coups de fusils que l'ont entend encore dans l'écho du silence , démolie par les explosion nucléaire , provoquant des montagnes de toxines . Assailli par la haine et la colère , tout les peuples du monde entier se sont rebellés , tuant par la même occasion leur dirigeants lamentable et excessif qui ont mené leur monde à sa perte .

    D'un commun accord , les humains embarquèrent dans des vaisseaux cosmiques en emportant les animaux et autres espèces restant sur la Terre et partir dans la découverte d'un autre monde , un autres chez eux . Le temps passaient , et ils ne trouvaient rien . Se résignant alors a ne jamais remettre les pieds sur une planète logeable , ils construirent une ville planant dans cette grande étendue qu'est l'Univers .Une seule règle à suivre , l'interdiction de retourner sur Terre. Cette ville était parfaite , futuriste , accueillante . Il manquait pourtant une chose , essentiel et indispensable: des règles et des limites.

     

    Vingt ans était passé depuis cette tragédie , et la ville ressemblait exactement à la génération actuelle : sans limite , sans repère , sans avenir . Je marchais dans ses rues , aveuglé par les projections de lumière venant d'affiches publicitaires et d'enseignes beaucoup trop flashy . On ne pouvais même plus apercevoir les étoiles irisaient le ciel nocturne .

    J'avançai , les mains bien emmitouflaient dans les poches de mon blouson de cuir . Le bruit de mes chaussures étaient absorbés dans l'agitation de la foule dense et abondante qui progressait lentement dans les rues .

    Je finis par m'arrêter devant un grand immeuble couleur bordeaux d'une dizaine d'étages , où toute les lumières étaient éteintes . Toute , sauf une , qui était faiblement éclairé .

    Je commençais donc mon ascension jusqu'à atteindre le dernier étage de l'édifice et ouvrit une porte en chêne qui portait le numéro "36". Après m'être introduis dans la pièce , je vis la lueur de bougies . Je fis quelque pas et c'est là que je la vis . Une belle rousse allongée sur le lit , dans une nuisette bleue nuit . Elle me souriait , elle m'attira sur le lit , faisant battre mon cœur , chaque seconde un peu plus .

    L'entremêlement de nos corps se mêlant à la chaleur des bougies , à la sueur de nos chairs . Nos corps s'imprégnant l'un l'autre , dans des gestes maladroits . Consumer par un désir sans nom qui nous brûle de l'intérieur .

    Après une nuit de torride , nous nous tenions serrés l'un contre l'autre , dans un état de plénitude complet . La jeune rousse ouvrit un tiroir de sa commode , et sortit une image où au centre se trouvait une forme sphérique, d'un bleu profond avec quelques nuances de vert . Je ne pouvais pas m'empêcher d'observer l'étincelle qui naissait dans ses yeux lorsqu'elle regardait cette petite image . Un mélange de tendresse et de fierté , comme un enfant qui attend ses cadeaux au pied du sapin , le jour de Noël .

    -Un jour , je t'y emmènerais . Fis-je en allumant une cigarette , alors qu'elle me regardait d'un air étonné , non sans réprimander un sourire .

    -Tu ferais ça ? Pourquoi ?

    Pourquoi ? C'est une bonne question . Peut être parce qu'à cette instant précis , je n'avais qu'elle dans la tête . Son sourire . Ses larmes . Ses cheveux . Son visage . Son existence était pour moi si éphémère mais en même temps affreusement indispensable . Je la regardais , je la dévorais du regard , et croquais de mes yeux sa frêle beauté .

    -Qui sait , lui ais-je seulement répondu se soir là .

     

    Dans les infos locale , une patrouille censée surveiller mensuellement la planète Terre affirme avoir retrouvé la trace GPS d'un vaisseau de secours posait sur le sol terrestre , vide . Personne ne peut encore affirmé qu'il y ait eu quelconque passagers . La patrouille a seulement retrouvé une photo de la Terre sur le sol du vaisseau .

     


    28 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique